CapMer Occitanie le magazine du patrimoine, de la mer et du littoral de la région Occitanie
15 juin 2018
0
||||| 0 |||||
871

Cerbère, les criques du bout de France

C’est un des bouts de la France avec une impression de bout du monde tant la petite cité maritime est restée enclavée et loin de tout. C’est ce qui fait son charme authentique, on décompresse vraiment et on ne s’y ennuie jamais avec les criques à découvrir. Et l’Espagne juste à côté permet de s’évader une journée.

Histoire : son nom viens de cerveria , de cerfs même si l’on n’en croise plus contrairement aux sangliers qui viennent sans complexe faire trempette dans la mer à la grande joie des touristes  . Cerbère est restée assez loin des grands axes, d’abord la voie romaine puis de nos gros rubans d’asphalte nommés autoroutes et surtout payants. C’est ce qui fait son charme absolu. Avec ses petites routes sinueuses sur des falaises de granit. Un village qui a gardé son âme, avec ses maisons de pêcheurs. Il faut aller flâner dans les ruelles où il y a de belles surprises architecturales comme un impressionnant  hôtel en forme de paquebot en pur style Art Deco.

On ne s’y ennuie jamais et la semaine de vacances est vite passée. Pour les amateurs de plongée, il y a la célèbre réserve naturelle et c’est surtout l’endroit idéal pour ceux qui veulent s’initier à l’apnée. Même la belle mère juste avec un masque peut tenter le début du sentier sous marin balisé.

Créée en 1974 la Réserve Naturelle se situe entre l’île Grosse à la sortie du port de Banyuls-sur-mer et le Cap Peyrefite à proximité de Cerbère. Elle s’étire ainsi sur 6.5 km de rivage et s’étend sur environ 2 km au large, soit une superficie totale de 650 ha de mer. En bateau, respectez les vitesses autorisées : 5 noeuds à moins de 300 m de la côte et 8 nœuds dans le reste de la réserve.

Pour les plus aguerris en plongée:

Le trottoir à Lithophyllum, il faut aller dans les zones de vagues, donc bonne condition physique,  à voir un empilement d’algues calcaires, support d’une multitude d’espèces animales et végétales. Les herbiers de Posidonie où la nurserie des poissons, dans les 15 M maximum.

Il y a beaucoup de grottes et de cavités, avec éboulis sur les tombants, on peut y voir du corail rouge, la grande nacre (plus rare) et la datte de mer (bivalves). En poissons et crustacés:  la grande cigale, la raie blanche, mérous, corbs, dentis, sars tambour, mostelles, homards, langoustes.
En pleine eau, les passages de grands prédateurs sont fréquents tels que bonites, sérioles, barracuda, liches.
Côté pêche à la ligne, les connaisseurs recommandent le coin, attention à la législation du côté de la réserve marine et du por. Prenez avec vous votre autorisation de pêche si vous comptez pêcher dans la Réserve : vous pouvez être contrôlés par les agents de surveillance.

Côté  port de Cerbère,il est géré par une association de bénévoles, des pontons amovibles sont mis en place pour la saison estivale. C’est un port d’accueil modeste, fréquenté par des habitués de la plongée ou de la pêche mais on peut y trouver des places visiteurs.

Dans la Réserve pour limiter les dégradation induites par les ancres sur les fonds marins des zones de mouillages  ont été créés au Cap de l’Abeille et à l’Anse de Peyrefite. Les dispositifs d’amarrage les composant sont disponibles entre avril et novembre.

cerbere-criqueMais surtout la petite cité maritime  de Cerbère peut s’enorgueillir d’avoir sans doute deux des plus belles plages des Pyrénées Orientales : les criques de Terrimbo et Peyrefitte.

Cerbère possède d’autres criques cachées, toutefois les accès sont souvent dangereux comme Terrimbo, plage sauvage, non surveillée et à éviter avec des enfants ou si vous n’êtes pas ami avec le crapahutage.

Pour la trouver allez en direction de Banyuls, a 2km tournez vers le centre de plongée et le village des Aloès (renseignez vous sur place vers la résidence de vacances sur le sentier le plus praticable du moment car avec les pluies tout peut changer).

Par contre Peyrefitte est une plage surveillée et accessible plus proche de Banyuls.

Côté hébergement, ce qu’on aime à Cerbère ce sont les hôtels qui offrent des balcons avec des vues mer époustouflantes. Sinon il y a aussi le camping municipal et des hébergements chez l’habitant. La petite station offrait des prix abordables voire les plus intéressants de cette côte il y a quelques années, ils ont eu tendance à grimper et nos salaires à stagner, hélas.

Mais il y a des compensations car on peut aller faire ses courses en Espagne:  provisions de bouche , l’essence, les cigarettes .

C’est appréciable de passer une journée en Espagne et surtout : des frissons garantis sur la route en lacets et à flanc de précipice mais c’est à faire au moins une fois. Appelée ironiquement par les toulousains la route « serre- miches » , elle offre de beaux panoramas, surtout bien regarder la route sinon on finit avec les carcasses sinistres qui achèvent de rouiller au fond des ravins. C’est aussi un pan d’histoire, les républicains espagnols sont  passés par là lors de la Retirada à partir de 1937.

 

Add Comment

Ut tellus dolor, dapibus eget, elementum vel, cursus eleifend, elit. Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Integer rutrum ante eu lacus. Required fields are marked*